Google+

Vétérinaires et BARF

Pourquoi les vétérinaires ne recommandent pas le BARF de façon "plus" majoritaire ?

Doctor11 zfp5v3 clipart
                                                                 

Car le "parapluie" est ouvert :

- Parce que tous les vétérinaires ne sont pas spécialisés en nutrition, et que la majorité a du recul uniquement sur l'alimentation de masse

- Parce que c'est un mode encore marginal de nos jours et il faut s'y être interessé pour en être convaincu, pour eux comme pour vous

- Parce que les études sont faites par le pet food, en dehors des thèses et ouvrages vétérinaires, et portent principalement sur la nourriture industrielle, qui se base sur une autre logique. il faut un certain effort "intellectuel" pour sortir de cette logique et bien conseiller.
Ils ont appris à comprendre la logique des recettes pet food, notamment en cas de pathologies, mais pas celle du BARF.

- Parce que la "complexité" des recettes pet food est "aveuglante", quand la complexité d'une pathologie est réelle et demande un choix ciblé en matière alimentaire.
Il est bien plus facile de déléguer cette tâche à la pet food, plus difficile de faire confiance à un client et bien le conseiller sur un mode encore marginal.

- Parce qu'à l'école vétérinaire le BARF est abordé sous l'angle des "erreurs possibles". Leur formation est avant tout de soigner...

- Parce qu'ils ont conscience, du fait de leur profession, du verre vide plutôt que du verre plein, quand il s'agit de "confier la responsabilité" de la nourriture à leurs clients...
Il y a parfois des pratiques trés loufoques et dangereuses...dans une société où on ne sait plus nourrir soi même son animal.
Il y a aussi des conseils non avisés dans le milieu BARF, qui justifient leur méfiance

- Parce que cela demande de la pédagogie, un investissemment en termes de temps, donc des recherches sur le BARF, pour être à même de le conseiller, quand leur métier est avant tout de soigner et que leurs expérience et connaissances les incitent à la prudence pour tout conseil.

Et tout ceci vaut également, dans une certaine mesure, pour les croquettes riches en protéines, qui ne sont pas comparables au BARF, mais qui ne sont pas en France, l'alimentation de masse.

Le parapluie est donc ouvert, ce qui est compréhensible.


Car parfois la mauvaise foi est de mise

Certains vétérinaires abordent le BARF à l'occasion d'articles. Ils n'en parlent que pour pointer les erreurs possibles, ce qui traduit un parti pris évident...qu'on saisit encore mieux quand ils sont "défenseurs" de la ration ménagère.

Ils se basent sur une thèse, sur un prétendu "déséquilibre" des rations BARF, mais la lecture attentive de cette thèse fait comprendre ses limites. Ce sera l'objet d'un article.

Effectivement les "erreurs" sont possibles.
Il faut les aborder pour les éviter... C'est un peu l'objet de ce présent site, en toute humilité et prudence. 

Il serait bien plus opportun pour un vétérinaire d'expliquer comment les éviter, que simplement critiquer la "mauvaise pratique" du BARF, surtout quand c'est sur des points qui sont connus et non constestables. 

Un ouvrage écrit par vétérinaire nutrionniste Français sur le BARF serait bien plus opportun, et surtout ce serait dans l'intérêt des chiens et chats !

Vous pouvez lire ceux du Dr Billanghurst, mais ils sont en anglais : 
The Barf Diet: For Cats and Dogs - Ian Billinghurst -
Give Your Dog a Bone : Dr. Ian Billinghurst (ebook)
Grow Your Pups with Bones: Ian Billinghurst
Ou encore les différents ouvrages sur ce mode : Bibliographie alimentation naturelle
Vous pouvez suivre les Vidéos du Dr Baker



Car la santé des chiens au BARF est meilleure

Cela parait "sectaire" de le dire mais c'est la vérité, les chiens au BARF hantent bien moins la salle d'attente des cliniques.

C'est à ceux qui ont des bons résultats, d'en parler à leurs vétérinaires "allopathes"...

Plutot de faire croire que les vétérinaires visent la mauvaise santé de nos animaux pour leur "commerce" ...



Faire la part des choses

Il est plus utile de comprendre ces données et faits, et de prendre en compte les données connues en nutrition, que de zapper totalement vétérinaires et études sur l'alimentation.

Il s'agira de discuter avec eux, d'aborder les études, ouvrages, à la lumière de la logique différente du BARF.

Ceci sera plus enrichissant, même si ce n'est pas la ration BARF qui est conseillée, que la seule lecture des avantages du BARF.

Cela permet de comprendre, d'exercer son esprit critique et donc d'avoir une vision plus objective, donc plus juste et fine.



Bannir les discours anti vétérinaire, vérifier les informations qui influencent vos choix

Se lancer dans un discours "anti vétérinaire" public est irresponsable.

Pourtant, on lit trop souvent ce type de discours, et pas seulement dans les groupes BARF, mais dans de nombreux autres groupes sur les animaux.

Ce n'est pas parce que, sur un point particulier, vous avez fait des recherches approfondies et/ou  vous avez une certaine expérience, que vous vous transformez en un vétérinaire qui a poursuivi  au minimum 7 ans d'études, même si ce dernier a été "défaillant" sur ce point précis.

Ce n'est pas parce que, pour vos animaux, vous avez bien identifié leurs besoins propres, avez appris à savoir les gérer, que le voisin aura la même capacité sur son propre animal.

Sur le net, il y a ceux qui posent les questions, et comptent sur les réponses, il y a ceux qui répondent aux questions, avec plus ou moins de connaissances, et les muets qui lisent et apprennent.  
Au final, c'est les deux dernières catégories qui "profitent" de l'ignorance des premiers, pour approfondir leur savoir, recherches.
Le partage est utile, enrichissant, mais les premiers jouent parfois à la roulette russe ...Il est donc iresponsable de les détourner des vétérinaires.

Quand une information est divulguée sur le net, il s'agit toujours de la vérifier, peser le pour et le contre, comprendre si elle a une logique. Google est votre ami....mais aussi votre vétérinaire...ou un autre vétérinaire...

Ceci vaut également pour ce site....Je choisis la prudence et volontairement d'alerter, plutôt que de me lancer dans des explications de la compétence d'un vétérinaire car j'ai saisi certaines complexités que la vulgarisation et le sectarisme occultent, mais je peux mal m'exprimer, omettre un cas précis, ou encore me tromper etc..


Cela n'empêche pas une relative autonomie, des recherches personnelles, car trop souvent il s'agit de chercher et trouver soi même certaines "solutions" : le BARF en est la preuve !!

Mais la prescription reste de la compétence exclusive d'un vétérinaire.

On ne peut pas les traiter d'escrocs etc..surtout vis à vis de ceux qui ont besoin d'un accompagnement vétérinaire assez soutenu, donc ceux qui ont le moins d'expérience et un animal malade.

Il est ahurissant parfois de lire certains qui, à titre général, critiquent toutes les croquettes diététiques sans faire le tri en fonction des pathologies, et conseillent de les stopper systématiquement. C'est pire encore quand des balivernes sont racontées sur de prétendus ajouts de médicaments.

En cas de pathologie, on peut se tourner vers une ration maison, en s'informant et en prenant conseil auprès d'un vétérinaire, mais pas vers n'importe quelle croquettes sous pretexte d'un seul taux de gucides.

Un vétérinaire qui pratique la phytothérapie, l'homéopathie, les elixirs floraux pour les soins naturels vous conseillera avec efficacité sur des soins naturels et sera apte, lui, à faire un diagnostic...Qui dit phytothérapie, huiles essentiels par exemple, ne dit pas absence de toxicité !
Allez le voir, avant de poser votre "question" sur le net ! Faites des recherches personnelles et discutez en avec lui ! Et discutez en ensuite sur le net, si vous avez besoin de receuillir des témoignages. Il y a des personnes trés compétentes qui partagent leurs connaissances sur le net mais elles ne sont pas vétérinaires, ne connaissent aps votre animal ni son historique.

Une relative autonomie, cela s'acquiert au fil des années, pour celui qui souhaite l'avoir....et cela passe par des soucis de santé sur nos propres animaux...avec l'aide d'un ou différents vétérinaires,  quand un traitement échoue... quand un autre va marcher etc...
C'est les difficultés qui font avancer, les conseils de personnes avisées aussi, mais cela reste les difficultés propres à son propre animal, étendues plus ou moins sur d'autres, si on fait partie d'un groupe de partage.

Cela restera toujours un savoir "relatif" qui ne remplace pas des années d'études et surtout un diagnostic.

 

Les vétérinaires pour le BARF, ou sans a priori, existent !


- Les vétérinaires ostéopathes, de part leur vision holistique, sont, en principe, à même, de comprendre l'intérêt du BARF.

- Les vétérinaires spécialisés dans certains domaines, où le BARF apparait comme étant une trés bonne solution, sont certainement plus ouverts également.

- Une population active comprend 3 types de générations....L'ère croquette a débuté il y a 40 ans mais est devenue un phénomène de masse depuis les années 90 à 2000....
Les vétérinaires qui ont connu l'ancienne ration ménagère, courante il y a encore moins de 30 ans, ont une approche moins "méfiante" vis à vis du "particulier" qui nourrit "lui même". 
Les nouvelles générations, qui "découvrent" la pratique du BARF ne sont pas forcément hostiles, du moment qu'ils ont la curiosité de se pencher sur ce mode. Curiosité qui sera peut être moins spontanée chez un vétérinaire "rodé" aux croquettes, depuis le début de sa carrière....Mais chaque personne est "unique" !


Pour ma part, j'ai trouvé chez ces différents types de vétérinaires, ceux qui cernaient l'intérêt de mon choix et étaient à même de me conseiller utilement, sans a priori.

Mon choix d'un vétérinaire tient donc désormais de cette donnée et de tels vétérinaires, sans a priori contre le BARF, existent


C'est aussi à nous, de parler avec eux de ce choix et des bons résultats !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 31/03/2017

Chers visiteurs,

Ce site est en cours de mises à jour importantes 

Je me suis rendue compte que parfois il y a un décalage entre celui qui sait "mieux" et celui qui ne sait pas, quand il s'agit de faire passer le bonne information personnalisée.

Certains articles sont absents, d'autres sont prévus et certains seront revus.

L'objectif est une simplification claire pour tous les débutants car selon le degré de connaissances de chacun, soit l'information tue l'information ou au contraire l'information précise est nécessaire. 

Il faut s'informer correctement tout en restant confiant, optimiste car nos chiens le ressentent.

Sans oublier qu'avant les années croquettes nourrir un chien n'exigeait pas un brevet en alimentation, c'était dans notre savoir général. Ce savoir s'est perdu à mesure que nos connaissances scientifiques ont augmenté et que la malbouffe a gagné du terrain et un changement qualitatif qui fait que certains compléments sont désormais nécessaires (par ex les algues, omégas 3).

Un animal est notre miroir qui pointe ce qui ne va pas dans le bon sens et c'est trés souvent en fonction dans l'intérêt de son gardien.
Nos animaux sont "indulgents" envers l'humain qui fait de son mieux en sachant corriger ce que son animal lui montre, et en comprenant ce qui est à sa portée. C'est pour cela que certains cas sont plus difficiles que d'autres.

 

La diversité des cas et des évolutions individuelles améne donc une complexité quand il s'agit de divulguer la bonne information. Il s'agit donc de toujours garder à l'esprit le "bon sens paysan".

De nouveaux ouvrages seraient à écrire par des scientifiques, à la lumière de la comparaison critique entre la logique du BARF, celle des croquettes et la biologie des carnivores. Espérons que ce sera la prochaine étape maintenant que de plus en plus de chiens et chats sont au BARF.
En attendant je conseille à tous les débutants d'acheter des livres sur le BARF, en particulier celui de
Sylvia Kramer "stop à la malbouffe croquettes".

 


Merci de votre bonne compréhension.


Bonne visite !

×